F.A.M. 

GILDAS MILIN

  • 1.

    Ouverture
  • 2.

    Points de vue
  • 3.

    actualités
  • 4.

    liens externes

ouverture

Page 4 – Extrait :
Mais est-ce qu’on aurait pu changer quelque chose dans ce changement même qui s’opérait autour de nous ce moment-là  à cet instant ? Et si des vivants des vibrants avaient essayé ? 
Navigation navigation gestion de l’inversion du processus détérioration 

Alerte intelligence !

Réplication réplication

Réplication réplication

Réplication réplication

Réplication réplication

Réplication réplication

Points de vue

Depuis décembre 2021, à l’initiative de Roland Fichet  un groupe d’une quinzaine de lecteurs interprètes se réunit régulièrement pour échanger leurs points de vue sur les textes de la Bibliothèque des futurs.
Six d’entre eux ont écrit sur F.A.M.

 

Agnès Jacquesson

 Si Roman me tend un miroir, est-ce que j’en serai modifiée ? augmentée ?
Est-ce que j’en serai désolée ? décalée ? perdue ? retrouvée ?
Est-ce que je serai encore identique à moi-même ?
Est-ce mon angoisse va m’étouffer pour de bon ?
Est-ce que je vais me trouver aussi belle ?
Est-ce que j’appellerai ma mère ?
Est-ce que je vais voir ma mort ?
Est-ce que je serai émue ?
Ou quoi ?
Est-ce que j’exploserai ?
Est-ce que j’y verrai plus clair ?
Est-ce que j’aurai plus de force ?
Est-ce qu’il va me happer dans sa cage ?
Est-ce que ma rétine résistera à la brûlure ?
Est-ce que je vais entendre éclater le rire des Dieux ?
Est-ce que j’y verrai mon pauvre cerveau déséquilibré par le stress ?
Est-ce que je vais avoir envie de lui exploser la surface avec un pic à glace ?

Attends, tu as parlé d’une cage ; tu as dit DANS SA CAGE. Oui, comme dans le télescope. Il voit loin, Roman, il nous emmène au-delà. Il met son personnage en cage, et nous avec. Mieux, il EST la cage, à la fois l’espace clos servant à enfermer des êtres vivants (tout le monde sait ça) et le dispositif qui maintient le miroir du télescope, pour nous en faire voir de toutes les couleurs, le plus loin possible. Enfin, surtout à son personnage. Pour nous faire voir l’avenir. Enfin, surtout celui de son personnage.

Les murs de la cage sont en carbone amorphe, une forme allotropique du carbone qui ne possède pas de structure cristalline – adieu la cristallisation chère à Stendhal et à Gide – et qui entre, crois-tu comprendre, dans la composition de céramiques permettant de protéger des surfaces ou des mécanismes de l’usure. Dans F.A.M. de Gildas Milin, la grammaire aussi est en carbone amorphe.

Attends, tu parles de la langue ; tu dis qu’elle est noire puisque carbone, on n’y voit que dalle ; plus le miroir est bien poli, mieux il reflète l’image, mais là, la grammaire est irréductible à toute exégèse. Camera obscura. Quoi ? C’est ça ta réponse ? F.A.M. est la chambre noire qui révèle le futur, LE CHOC DU FUTUR. Aïe, ça fait mal. Rends-moi, cher Roman, mon personnage d’avant, bien dessiné, clair et limpide jusque dans son ambivalence, tracé au carbone 14 depuis Callirhoé, rends-moi la prédestination, la flèche, le style ! Rends-moi le cristal ! 

Attaquée, torturée, détruite, explosée, déconstruite, la peur au ventre, ta personnage toujours s’en réchappe. Inventive et désirante. Insaisissable et immortelle. Est-elle une âme ? Une autre image de l’âme ? Identité avatar cyborg âme biochimique icône païenne féministe ?

C’est ça, la prédiction ? Quand passé et présent interrogent et font vaciller la notion d’identité, le futur achève le travail ? Il l’explose ? L’atomise ? La renvoie à sa superficialité et la trucide au pic à glace ? 

Dynamique de la lutte.

Atomisée, l’identité fondée sur les binarités nature/culture, innocence/impureté, animal/humain, vrai/faux, âme/corps, homme/femme, organique/technique, public/privé, physique/ chimie, biologique/social, noir/blanc, sujet/objet.

Atomisé, le genre.

Ce n’est pas la personnage qui dira le contraire. N’est-elle pas par-dessus le marché un.e personnage de théâtre ?

Atomisé, le jeu, atomisé le je.

Atomisé le décor et cette cage sans cesse défoncée, explosée, métamorphosée, scénographie mouvante de réactions biochimiques sans fin.

Atomisée, la langue (mais si belle).

Atomisée, l’Essence.

Atomisées, les baleines du corset.

Attends, c’est quoi cette histoire de corset ? Pardon, c’est dans Infixés, le texte de Jean-Marie Piemme. Des personnages s’amusent à s’arracher à une identité qui ne leur convient pas. Jeu de piste, jeu de rôles, jeu de miroirs brisés reflétant une infinité de moi, je égale il, ou nous, on ne sait plus très bien. L’inscription delphique, si bien gravée dans le marbre de l’archaïque fronton, est prise à rebours. Au début ça m’énervait, cette dispersion désacralisante de l’identité en multiples surmoi, comme une dissolution du moi, mais à force d’y penser… il y a un geste libératoire dans le refus d’être défini, désigné, assigné. Comme celui des femmes abandonnant le corset qui leur déformait le foie, les côtes, les intestins, atrophiait leurs muscles et les empêchait de respirer pour construire un corps-objet désirable. Un geste déconstructif, libératoire, et ludique. Transforment les baleines du corset en baleines de parapluie et vont se balader tranquilles au soleil. Pas mal. Et après ? 

Mutatis mutandis, Don Quichotte féminin hybride mutant et Infixés, même geste prédictif.ve. Et moi dans ces miroirs ? (les yeux écarquillés) Je croyais me connaître et, merci ! mon identité se-me dé-robe, et me voilà à nu. Que vais-je pouvoir revendiquer à présent ? Ne me rends pas ma bulle, Roman, je me sens plus vivante que jamais, hybride individuée, vaste et forte. À défaut de me reconnaître, je sens que je vais renaître, pas en machine ni en animal, pardon, ni même en cerveau. En étoffe dont sont faits les rêves, yeah !

Je t’aime.

A.

Annie Lucas

Que nous raconte la première page ?

F.A.M. n’est pas le seul titre du texte de Gildas Milin… Pour lire mon point de vue sur les  différents titres et leur mise en page,  télécharger la suite en cliquant sur le bouton ci dessous. 

Nicolas Rotman

Notes de lecture un peu punk

 « Je suis la peste, le choléra, la grippe aviaire et la bombe A. Je suis la merde dans tes yeux, petites salope radioactive, mon coeur ne comprend que le vice. Transuraniens, humains poubelles, contaminant universel. »

Ca commençait comme une poésie qu’on lit à l’école, ce ton appliqué du slam. 

Voilà ce que fait dire Virginie Despentes à Valentine avant qu’elle ne la fasse exploser dans son roman Apocalypse bébé. Et des explosions dans FAM de Gildas Milin, il y en a un peu, beaucoup, un certain nombre en réalité… 

Tout cela n’est guère surprenant finalement. Despentes est né en 1969 et Milin en 1968. Ils appartiennent tous deux à la génération X, c’est-à-dire la génération qui suit celle des baby boomers, et tous deux ont été baignés par le même type de musique la new wave, le rock alternatif et surtout le punk. 

En lisant Fam de Gildas Milin, l’on pense donc à tout cela donc. Peut-être parce qu’on n’appartient aussi à cette génération désenchantée, celle de la crise pétrolière, celle du SIDA, celle des doutes, celle de la déconstruction et celle du destroy… 

Dès le titre, ou le sous-titre « C Y B O R G A M E (Cyborg game Cyborg âme) », l’allusion au mouvement punk ou plus exactement au cyberpunk nous paraît évidente. Alors de quoi parle-t-on finalement ? 

Le mouvement punk est un mouvement culturel qui naît au Royaume-Uni dans les années 70 en réaction à la mode hippie. Il connaîtra son heure de gloire dans la période 1976-1980 avec des groupes tels que les Clash, les Sex Pistols ou encore le Buzzcoks. Le punk se caractérise notamment pour son rejet du système, et son penchant pour la provocation.

Figure 1: Les Sex Pistols en 1977

Le Cyberpunk quant à lui est un genre de science fiction associé à la dystopie. Pour Bruce Sterling, « le courant cyberpunk provient d’un univers où le dingue d’informatique et le rocker se rejoignent, d’un bouillon de culture où les tortillements des chaînes génétiques s’imbriquent. » (Source Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Cyberpunk)

Figure 2: Le jeu vidéo Cyberpunk 2077 de CD Project Red.

Quels sont donc les grands thèmes punk que l’on retrouve dans F.A.M?
On peut, me semble-t-il, distinguer ceux-ci:
– le destroy
– le refus du système
– No future
– Et la musique dans tout cela?

Destroy

FAM est une pièce assez complexe, assez obscure, déstructurée en apparence, « détruite », tant par son style, son écriture (même visuellement), que par son histoire. On résumera cependant l’intrigue ainsi.
Un personnage de roman est pourchassé par un inquiétant personnage le Colonel et ses troupes. Il y a de nombreux combats, 33 précisément. Le personnage de roman est héroïque mais elle souffre beaucoup, perd du sang, souffre encore, mais 
« Le personnage de roman continue de parler 
N’abandonne pas le langage. » p.6
Puis elle se narcissise et « se re-narcisise et se retrouve» p.8
Elle explose ensuite ( seixième combat) et encore ( dix-septième combat), elle mute ensuite ( vingt-quatrième combat), les blessures du personnage deviennent alors des bombes à leur tour ( vingt-septième combat) 

«Le Personnage de Roman continue de muter. 
Certaines de ses blessures se sont mises à enfler. 
Elles boursoufflent, deviennent énormes, hors de proportions. 
Ces sortes d’excroissances, le Personnages de Roman les arrache de son corps, les lance contre ses ennemis. 
Ces projections se transforment en véritables bombes qui explosent.» p.18

Elle meurt alors, pour renaître à la toute fin de la pièce. 
Bref, on l’aura compris. Il y a de l’action dans cette pièce, de la castagne, de la destruction, de la rage, de la colère. C’est une pièce qui met des coups de tête, des coups de poings, des coups de docks, c’est une pièce qui cogne, qui frappe, qui hurle, qui hurle, qui hurle (on y reviendra). 

Voilà pourquoi je hurle : pas de retour à la totalité !
VOILÀ POURQUOI JE HURLE ! 
Pas de retour !
Voilà pourquoi je hurle ! 
Voilà pourquoi je hurle ! 
Voilà pourquoi je hurle ! 
(…)
Voilà pourquoi je hurle ! 

V O I L À  P O U R Q U O I  J E  H U R L E ! p.21

Le refus du système

 Le personnage de roman dans FAM correspond assez bien finalement à tout cela. Elle n’a pas de genre ( ni sexuel, – c’est un personnage, mais on dit elle -, ni de  « genre génétique » puisque c’est un personnage de roman perdu dans un texte de théâtre -), elle est un « U N  D O N  Q U I C H O T T E  F É M I N I N  H Y B R I D E  M U T A N T ».
Elle n’a pas de nom, elle n’a même pas de mort, puisqu’elle ne cesse de mourir, de se détruire voire de s’auto-détruire,   pour renaître enfin….

Elle meurt. 
Définitivement. 
Puis. 
Instantanément. 
Elle se relève. p.21

En somme, elle ne correspond à aucune norme, aucun attendu. Elle n’a pas de place dans la société qu’elle dénonce avec une  grande force, et une très grande violence, de la même manière que les Sex Pistols chantaient « No future , no future for you ».(« God save the queen » Sex Pistols 1977) 

God Save The Queen – Sex Pistols – 1977

J’annonce la fin de la domination masculine raciste capitaliste ! J’annonce la fin de l’idée d’un progrès issu de l’appropriation de la nature comme ressource pour les productions de la culture ! J’annonce ! Putain ! J’annonce enfin ! J’annonce la fin de la tradition de la reproduction de soi par le seul regard des autres ! p.12

C’est donc sans doute pour cette raison que le Colonel poursuit inlassablement le personnage de roman. Elle n’a pas sa place. Elle dérange, elle est à la marge, elle est d’un autre monde, d’un autre temps.

 

No future

FAM effectivement se joue dans un univers futuriste, dystopique inspiré par les jeux vidéos et la science fiction. Et c’est le paradoxe de ce style d’oeuvre, le thème du futur permet de douter de son véritable rapport à soi-même, de son présent, de sa véritable temporalité… Pas étonnant dès lors que le personnage de roman soit plus une machine qu’un véritable humain. James Cameron, les Wachowski, Philippe K. Dick, Huxley et Orwell sont déjà passés par là…

Le corps du Personnage de Roman prend l’aspect d’une machine organique, sorte de pieuvre échevelée, qui se génère elle-même suivant semble-t-il une loterie aléatoire, tel un chaos.
La peau d’origine du Personnage de Roman qui émerge sous sa peau cybernétique qui ne cesse de mourir, verdit, noircissant par plaques.
p.15

Matrix – 1999 – Lana et Lilly Watchovsky

Et la musique dans tout cela?

C’est un peu difficile de décrire la musique punk, ou le punk rock surtout quand n’est pas musicien. On peut tout même penser d’emblée à des guitares saturées, à du larsen, à un son un peu sale, un peu provocateur, à des batteries lourdes (Rappelons-nous par exemple de l’introduction de « London calling » des Clash.
Quand on lit FAM de G. Milin, on a un peu de tout cela, je crois.
Une mise en page et une typographie qui ne respectent aucun code, des phrases qui n’en finissent parfois pas, d’autres qui s’arrêtent brutalement, des accords qui se répètent invariablement, du bruit, de la mort, de la vie, du punk quoi !

Alexandre Koutchevsky 

Quelque part entre Matrix, Gérard Genette et Marinetti, on trouve Gildas Milin. Matrix, ou toute une série de films maniant l’art de l’inventive destruction magnifique, l’art du monstre, du personnage indestructible. 
Gérard Genette, ou tout autre auteur de théorie littéraire qu’on avalait (difficilement) en Licence de Lettres.
Marinetti, pour la forme de F.A.M. Car dans cette Licence de Lettres justement, – licence de l’être, c’est drôle je le vois seulement aujourd’hui, sans doute un effet Milin – on avait travaillé Bataille poids + odeur de Filippo Tomaso Marinetti, papa du Futurisme. C’est à cela que j’ai pensé dès les premières lignes de F.A.M. Une forme de construction graphique verticale qui m’a rappelé Bataille poids + odeur, où la disposition des mots sur la page, leur taille, leur typographie, jouent autant que ce qu’ils racontent.
Curieusement, dans F.A.M., Milin se passe du signe mathématique ou du symbole graphique autre que la lettre de l’alphabet, là où Marinetti use des signes +, =, x, >. Je dis « curieusement » car le goût pour l’accélération produite par la brièveté est, lui, bien présent. Et l’on sait que le signe mathématique est un condensateur de sens.

2 (pas de 1, mais pourquoi pas après tout, la licence Milin me rend très libre ce matin). Jouissance et progressivité des manières de détruire. Ça me fait penser à Zombies de Laurent Quinton, où des personnages de classe moyenne s’évertuent à torturer leurs supérieurs qu’ils considèrent responsables de tous leurs malheurs. Ainsi d’un professeur qui intime l’ordre au ministre de l’éducation nationale de se taire, puis l’énuclée à la petite cuillère (enfin, dans mon souvenir).
Jouissance de la physique. F.A.M. déploie l’éventail des manières de séparer les atomes d’un corps. Et cette façon qu’ils ont de toujours se recomposer me fait penser au méchant Terminator de métal liquide dans Terminator 2.

Mais je me demande quand même, au final, si le personnage de roman n’est pas susceptible de disparaître à coups de procès, au moins temporairement, le temps que passe la frénésie victimaire où tout un chacun peut se sentir visé par une fiction.
En ce sens je pense que le personnage de théâtre est beaucoup plus durable parce que le théâtre est une petite niche et qu’à peu près tout le monde s’en fout. Et puis le personnage de théâtre a pour lui ses deux mille ans d’Histoire, contrairement au personnage de roman.

Bernard Etienne

Un phénix réinventé

 Roman est le personnage de F.A.M. Il a pour nom : le Personnage de Roman. Le Personnage de Roman est un Phénix. Le personnage de Roman est une femme. Elle ne renaît pas après avoir été consumée par sa propre chaleur – Je ne rêve pas de cendres – Elle incarne le mythe du Phénix de par son irréfragable volonté de survivre, parce qu’elle triomphe de la mort, combat après combat – Je ne peux pas rêver de retourner à la poussière – Les 33 combats ne l’épuisent pas, ne la réduisent ni ne la détruisent, ils la confortent dans la puissance du commencement (thème que l’on retrouve dans Infixés de Piemme). Le Personnage de Roman se réplique, brûle, se liquéfie, explose, mute… est démembrée, tel Osiris avant d’être reconstruite par une amie d’un autre âge. Chaque destruction, chaque renaissance s’accompagne d’horribles souffrances, de hurlements. C’est une nécessité. Le Personnage de Roman se transforme par le verbe – J’étais devenue comme je crie – souvenir du prologue de l’Évangile selon Saint Jean ?
Le Personnage de Roman n’est pas un manifeste, c’est un Oracle qui hurle pour se faire entendre des humains – J’annonce bien la fin de l’humain tel qu’il a été pensé… Je pressens la disparition pure et simple des corps… mais seulement après qu’ils aient beaucoup souffert –
Mais qui l’entend ?

Monique Lucas

Je joue le personnage

La lumière et le son sont les seuls cadres.
Accessoires : seringues, micros.
Je joue le personnage. Je trouve une partition particulière pour chaque police de caractère et respecte à la lettre les espaces proposés par l’auteur.
Le costume n’est pas un vêtement, c’est un revêtement qui recouvre le corps nu de surcouches en matière molle et déchirable de façon à ce que je puisse arracher des bouts de peau, de chair, des lambeaux et à chaque fois qu’il y a arrachage du rouge coule. Au départ j’apparais dans une sorte de nu légèrement monstrueux, la silhouette humaine s’efface au fur et à mesure que le corps part en lambeaux, ça ne tombe pas au sol comme des feuilles mortes, ça reste sur moi, ça bouge avec moi et ça coule avec moi.
Pour le visage: plaquage des cheveux tirés en arrière très près du crâne, effacer cils, sourcils et lèvres.

Partition gestuelle et vocale :
Cf page 2 et page 3, « est ce qu’on aurait pu commencer autrement…. »
Debout, bras en croix, immobile, regard perdu. Si c’est une arène je tourne sur moi-même doucement.
Voix douce, presque tranquille, dans une tonalité légèrement au dessus du registre normal de la comédienne, interrogation très marquée.

Les annonces des combats – PREMIER COMBAT … DEUXIEME COMBAT…– sortent de hauts parleurs placés dans le public, c’est excessivement fort, très désagréable, je ne bouge pas, ne suis, pas surprise, je sais.

Pour interpréter les textes en petits caractères gras « le personnage de Roman attend… » je suis accroupie, aux aguets mais pas apeurée, jamais de posture de victime, pas de recherche du regard.
Les phrases qui concluent ces description: «….se jette au milieu du groupe….. elle s’écrase contre un mur….la cage tremble….premier sang de part et d’autre…. » me servent d’impulsions pour danser.
Voix : tonalité basse, murmure ? Dans un micro à 50 cm du sol, peut être plusieurs micros dans l’espace comme des antennes qui sortent du sol. 

Pour interpréter les textes : «  vecteurs virus….biologie prends ça …» je vois aux pieds des micros des petites seringues doigts, avec des aiguilles plus ou moins longues, je me pique consciemment, parfois me caresse la peau. J’imagine qu’à certains moments étant donné l’épaisseur du costume je peux me transpercer de part en part. Sur tous ces textes écrits dans cette typographie je danse.
Voix : énergique, parfois presque chantée, des spasmes aussi quasi érotiques. Trouver des scansions, du rythme mais ne pas avoir peur de l’anarchie.
Le «CHOC DU FUTUR !» est un cri de guerre, je peux au bout d’un moment trouver un signe vers le public qui le hurlera à ma place.
Quant aux émotions, laisser venir en fonction du respect des indications physiques et vocales . 

Fouad Souak

Qui est le colonel ?

Le Personnage de Roman n’est pas une nouvelle et n’est pas (non plus) une pièce de théâtre. Ce récit n’est pas un manga. Il n’a pas de genre. Et si d’aventure F.A.M. était d’un genre nouveau, cette démarche le classerait et ce n’est pas notre but.

Alors voilà en réalité la première confrontation à laquelle le lecteur doit faire face.

Au fond, on ne sait pas non plus contre qui le Personnage de Roman se bat. Ce que l’on apprend, c’est que les combats ont leur propre genre, répondent à leurs propres règles, s’illustrent ou se dérobent sous des formes variées, inédites et souvent irréelles.

À la coordination des affrontements, il y a le Colonel dont on ne sait rien non plus de son identité, de sa forme, de sa nature ou encore de ses idées. Le Colonel est à l’image du texte. Il ne répond pas ni à la logique de la nature ni à celle d’une définition ou d’un genre établi. Il est tantôt maître des armées, tantôt l’armée lui-même, tantôt l’arme, tantôt le sujet du combat, tantôt les raisons de l’armistice.

Le Personnage de Roman et le Colonel empruntent à l’imaginaire et l’imaginaire engendrent leurs combats.

À travers eux, car il n’existe pas de Colonel sans le Personnage de Roman comme il n’existe pas de Personnage de Roman sans le Colonel et ses troupes, il est tout à fait évident que le « système » n’existe qu’à travers les luttes de celles et ceux qui le combattent. Voilà où le bât blesse, qui représente le système ?

Puis, au détour d’une pensée du Personnage de Roman

« Tout ce que je fais a pour base la vie !

Les outils du Personnage de Roman sont souvent des histoires… des histoires racontées… des histoires… qu’elle raconte… de nouvelles versions qui déplacent et renversent les dualismes hiérarchiques qui organisent la construction des identités sur les bases d’une soi-disant nature ! »

Derechef, le Colonel prend davantage de sens. Ses formes se dessinent à l’aune de cette déclaration. Dès le départ, les forces en présence étaient si déséquilibrées, si défavorables au Personnage de Roman, que l’on ne comprenait pas son acharnement.

Puis, d’une pensée, le champ de bataille s’éclaire.

Le Colonel révèle son identité.

Il se mue en un personnage de roman.

actualites

« Cristal » Création 2022 (Printemps des Comédiens, TQI) .

Peut-on mesurer mes émotions ?
Peut-on mesurer mon amour ?

Peut-on mesurer ma vie ?

Peut-on mesurer ma mobilisation infinie ?

La puissance de la négation de mon désespoir ?

Que cherchons-nous à mesurer dans l’infiniment grand et petit ? Et pourquoi ? Peut-on mesurer le non chiffrable ? Le non mesurable ? Pourquoi faire ? Peut-on mesurer la déplétion de mon âme au moment exact de ma mort biologique ? Tout n’est-il que mesure et mesure des mesures ?

Ces questions semblent bien trouver malheureusement des réponses trop précises dans les équations terribles de la volonté de contrôle et de gestion du parc humain.

Mais, pourrait-on concevoir une mobilité de la mesure tout comme on peut concevoir une mobilité du jugement ? La possibilité de réexaminer sans cesse la mesure depuis la conscience qu’il n’existe pas d’état ultime de quoi que ce soit ?

La fiction Cristal commence dans le moment si précieux, si singulier et mystérieux qui est celui qui précède ma mort, la mort de chacun, les quelques jours, secondes, qui précèdent donc ou le néant ou le voyage. Cristal est une femme qui a accepté de se prêter à la mesure des mesures : le suivi par des scientifiques du mouvement de la sortie de son âme depuis son corps à l’instant de sa mort.

Le voyage de Cristal nous entraîne dans une mosaïque Polaroïd d’une vie entière, la sienne. Entre autres épisodes, nous sommes transportés sur le tournage d’un film auquel elle a participé il y a longtemps et où il est beaucoup question du tango.

La forme du spectacle sera comme une chronologie de l’enseignement d’une danse sur une période longue et aussi un bal tango, une milonga éternelle sans début ni fin, avec aussi des parties de concert, de récital.

Les prochains travaux d’écritures porteront possiblement sur environnement, neuro-intoxications et rapports avec la vaccination et la nano-robotique.

liens externes